Dragon’s Dogma 2 reprend à son compte le concept de RPG en monde ouvert qui m’a fait tomber amoureux de Skyrim et Fallout : New Vegas

Si j’avais une pièce pour chaque fois qu’un jeu de rôle appartenant à Bethesda m’a fait rebondir autour d’une poignée de colonies très unies avant de m’envoyer de l’autre côté de la carte, j’aurais deux pièces. Le voyage de Skyrim à Riften et la randonnée de Fallout : New Vegas de Nipton à sa ville titulaire restent, à mon sens, des éléments importants qui ont permis à ces deux jeux de s’imposer durablement dans le genre. Aujourd’hui, en jouant à Dragon’s Dogma 2 plus de dix ans plus tard, je retrouve la même philosophie de conception expéditionnaire qui m’a fait tomber amoureux de ces moments fugaces, inscrits dans l’ensemble du jeu.

New Vegas est le premier jeu Fallout auquel j’ai joué, et j’ai fait tout ce que j’ai pu pendant cette première partie. Aucune parcelle de Mojave n’a été épargnée, aucun DLC n’a été laissé de côté. La suite évidente, bien sûr, était Fallout 3 – un jeu dans lequel j’ai fini par jouer moins d’un cinquième du temps de jeu de son successeur créé par Obsidian. Mais ces maigres 18 heures démentent l’affection que je porte à Fallout 3, dont les moments restent tout aussi clairs dans mon esprit que ceux de New Vegas : le vol depuis le Vault 101, Tranquility Lane, les pièges tendus aux Super Mutants dans les entrailles des musées. Alors pourquoi ai-je passé plus de temps dans le Mojave que dans le Capitole ?

La réponse se trouve dans le chemin critique de chaque jeu. Dans Fallout 3, Bethesda vous tient fermement la main en vous envoyant dans les banlieues et les métros de Washington, en vous faisant passer d’un objectif à l’autre sur une partie relativement petite de la carte pendant la majeure partie de la quête principale. Dans New Vegas, Obsidian a adopté une approche différente : vous entreprenez quelques courts voyages autour de Goodsprings, puis les roues d’entraînement s’arrêtent, l’objectif de la quête principale suivante se trouvant fermement de l’autre côté de la carte, avec tous les dangers et les promesses du Mojave entre vous et votre but. Skyrim a fait de même, en vous envoyant faire une longue randonnée entre Whiterun et Riften. Ces grands voyages ouvraient ces mondes, encourageant l’exploration organique plutôt que le suivi servile du prochain marqueur de quête. Et c’est exactement ce sur quoi le monde entier de Dragon’s Dogma 2 est construit.

Lire la suite  Il y a un véritable œuf de Pâques à la fin de Marvel's Spider-Man 2 dont j'ai besoin dans ma vie en ce moment.

Le chemin le moins rapide

Dragon's Dogma 2

(Crédit photo : Capcom)

Si j’avais une pièce pour chaque fois qu’un jeu de rôle appartenant à Bethesda m’a fait rebondir autour d’une poignée de colonies très unies avant de m’envoyer de l’autre côté de la carte, j’aurais deux pièces. Le voyage de Skyrim à Riften et la randonnée de Fallout : New Vegas de Nipton à sa ville titulaire restent, à mon sens, des éléments importants qui ont permis à ces deux jeux de s’imposer durablement dans le genre. Aujourd’hui, en jouant à Dragon’s Dogma 2 plus de dix ans plus tard, je retrouve la même philosophie de conception expéditionnaire qui m’a fait tomber amoureux de ces moments fugaces, inscrits dans l’ensemble du jeu.

New Vegas est le premier jeu Fallout auquel j’ai joué, et j’ai fait tout ce que j’ai pu pendant cette première partie. Aucune parcelle de Mojave n’a été épargnée, aucun DLC n’a été laissé de côté. La suite évidente, bien sûr, était Fallout 3 – un jeu dans lequel j’ai fini par jouer moins d’un cinquième du temps de jeu de son successeur créé par Obsidian. Mais ces maigres 18 heures démentent l’affection que je porte à Fallout 3, dont les moments restent tout aussi clairs dans mon esprit que ceux de New Vegas : le vol depuis le Vault 101, Tranquility Lane, les pièges tendus aux Super Mutants dans les entrailles des musées. Alors pourquoi ai-je passé plus de temps dans le Mojave que dans le Capitole ?

La réponse se trouve dans le chemin critique de chaque jeu. Dans Fallout 3, Bethesda vous tient fermement la main en vous envoyant dans les banlieues et les métros de Washington, en vous faisant passer d’un objectif à l’autre sur une partie relativement petite de la carte pendant la majeure partie de la quête principale. Dans New Vegas, Obsidian a adopté une approche différente : vous entreprenez quelques courts voyages autour de Goodsprings, puis les roues d’entraînement s’arrêtent, l’objectif de la quête principale suivante se trouvant fermement de l’autre côté de la carte, avec tous les dangers et les promesses du Mojave entre vous et votre but. Skyrim a fait de même, en vous envoyant faire une longue randonnée entre Whiterun et Riften. Ces grands voyages ouvraient ces mondes, encourageant l’exploration organique plutôt que le suivi servile du prochain marqueur de quête. Et c’est exactement ce sur quoi le monde entier de Dragon’s Dogma 2 est construit.

Dragon's Dogma 2

Le chemin le moins rapide

Lire la suite  Les niveaux perdus de The Last of Us Part 2 Remastered offrent un aperçu fascinant de ce qui se passe derrière le rideau du développement du jeu.

(Crédit photo : Capcom)

Le réalisateur de Dragon’s Dogma, Hideaki Itsuno, a clairement exprimé son point de vue sur le voyage rapide : vous ne devez sauter d’un endroit à l’autre que si le monde du jeu n’est pas assez passionnant pour justifier le voyage. Il existe des moyens de se déplacer plus rapidement qu’à pied, mais la friction demeure : si vous voulez prendre un char à bœufs, vous devrez attendre qu’il arrive et potentiellement le protéger des embuscades ; vous pouvez sauter à un endroit spécifique, mais cela vous coûtera des pierres de fer et des cristaux de porto.

La question qui me vient à l’esprit jusqu’à présent est la suivante : pourquoi voudriez-vous le faire ? Itsuno a également précisé que Dragon’s Dogma 2 était l’occasion pour lui de développer la liberté qu’il souhaitait inclure dans le jeu original. Des ennemis gigantesques peuvent vous suivre jusqu’au bout du monde si vous tombez sur leur chemin, mais des PNJ itinérants se battront à vos côtés. Des pions vous encourageront à sortir des sentiers battus en vous promettant des récompenses à trouver dans la prochaine grotte, la prochaine montagne ou la prochaine clairière. L’utilisation intelligente des sorts et des capacités transforme les simples déplacements en puzzles basés sur la progression. Il est agréable d’explorer et de se promener, si bien que je ne ressens jamais le besoin de voyager rapidement.

Un voyage inattendu

(Crédit photo : Capcom)

Le point culminant de ma preview de Dragon’s Dogma 2 a été un combat contre trois golems et un griffon. La nature libre de ce monde a fait que je suis tombé sur un golem, puis sur un autre, puis sur un autre. Le griffon est arrivé plus tard, même s’il a fait quelques dégâts importants sur mes pions avant d’être éliminé. Au total, ce combat a duré 18 heures dans les contreforts d’une ville voisine, et c’est une expérience que je cherche toujours à reproduire dans le jeu principal. C’est aussi une expérience qui n’aurait jamais eu lieu si je m’étais contenté de sauter vers l’objectif le plus proche. Ce n’est qu’en étant encouragé à explorer le monde à pied que je suis tombé sur le golem qui a donné le coup d’envoi de cette rixe.

Lire la suite  Comment réparer les tambours de la chambre forte de Diablo 4 qui ne fonctionnent pas ?
Frenk Rodriguez
Frenk Rodriguez
Bonjour, je m'appelle Frenk Rodriguez. Je suis un rédacteur expérimenté avec une forte capacité à communiquer clairement et efficacement à travers mes écrits. J'ai une connaissance approfondie de l'industrie du jeu et je me tiens au courant des dernières tendances et technologies. J'ai le souci du détail et je suis capable d'analyser et d'évaluer les jeux avec précision, et j'aborde mon travail avec objectivité et équité. J'apporte également une perspective créative et innovante à mes écrits et analyses, ce qui contribue à rendre mes guides et critiques attrayants et intéressants pour les lecteurs. Dans l'ensemble, ces qualités m'ont permis de devenir une source fiable d'informations et d'idées dans le secteur des jeux vidéo.