Cannes 2021 : Les 10 films incontournables du festival cette année

"Agathe (Crédit image : Altitude)

Dire que ce fut une année inhabituelle pour le Festival de Cannes serait un euphémisme gargantuesque. Après l’annulation du festival du film le plus prestigieux au monde pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale en 2020, Cannes est revenu en force cette année avec des premières tant attendues (The French Dispatch de Wes Anderson, la comédie musicale d’Adam Driver/Marion Cotillard Annette), et de nouvelles fonctionnalités de Sean Baker de The Florida Project et Julia Ducournau de Raw.

Tout le monde n’a pas atteint le tapis rouge (LÉa Seydoux, qui avait quatre films au festival, n’a pas pu y assister après avoir été testée positive au Covid), mais la programmation des films s’est avérée être parmi les plus solides depuis des années. Il reste à voir si quelque chose reproduira le succès de Parasite et remportera la Palme d’Or sur le chemin de la gloire aux Oscars, mais il y a beaucoup à espérer au cours de la prochaine année. Voici 10 des meilleurs et des plus barmités.

La dépêche française

"Timothée

(Crédit image: Studios du 20e siècle)

Le dernier en date de Wes Anderson est sa production la plus dense à ce jour, un film porte-manteau étoilé se déroulant dans le domaine de l’édition de magazines de charme. Bill Murray relie tout cela en tant qu’Arthur Howitzer Jr, l’éditeur expatrié de la publication titulaire, qui dirige son opération depuis la ville française endormie d’Ennui-sur-BlasÉ. Imitant les sections d’un magazine sur papier glacé, abordant la culture, l’art et l’actualité, le film d’Anderson montre le réalisateur au sommet de son art ; sous l’agitation et la perfection, il y a ici un véritable pathétique et un réel respect pour les écrivains qui sacrifient leur vie personnelle dans l’intérêt d’une bonne histoire. DW

Benedetta

"Virginie

(Crédit image : Mubi)

Après deux histoires dirigées par des femmes (Tangerine et The Florida Project), Sean Baker nous emmène dans un monde d’hommes, celui de Micky Saber (Simon Rex), une ancienne star du porno échouée qui se déchaîne dans son ancien terrain de jeu du Texas jusqu’au des souches du hit de 2000 de NSYNC, Bye Bye Baby. Emménageant avec son ex-femme et sa mère Lil, Rex reprend là où il s’était arrêté, distribuant de l’herbe aux travailleurs de l’usine chimique locale, mais sa tête est tournée par une jolie rousse appelée Strawberry qui travaille à la beignerie. Tour à tour drôle, sexy et terriblement triste, c’est une autre plongée profonde dans l’une des communautés oubliées de l’Amérique moderne. DW

Lire la suite  La nouvelle bande-annonce de Matrix 4 est un teaser hallucinant qui donne quelques indices supplémentaires sur ce qui se passe

Titane

"Agathe

(Crédit image : Altitude)

La gagnante surprise (mais pas malvenue) de la Palme d’Or de cette année, la suite de Julia Ducorneau à son drame cannibale Raw de 2016 explose simplement d’une ambition hallucinogène, mettant en vedette la nouvelle venue Agathe Rousselle dans le rôle d’Alexia, une tueuse en série twerk qui a des relations sexuelles avec des voitures, se rase la tête et se fait passer pour un garçon disparu pour échapper à une opération policière. Vincent Landon est le père qui l’accepte, les verrues et tout, même si elle n’est clairement pas son fils – et sa grossesse commence à se voir. C’est un autre gorefest, cette fois avec un riff plus explicitement cronenbergien sur l’horreur corporelle, mais la nouvelle venue Rousselle est la vedette, lui donnant tout dans une partie qui fonde en quelque sorte tous les excès violents de l’histoire. DW

agneau

"Noomi

(Crédit image : A24)

Arrivé le même jour que Titane (voir ci-dessus), Lamb lui a en quelque sorte volé la couronne en tant que film le plus étrange de Cannes cette année. Jouant dans Un Certain Regard, le premier film du réalisateur islandais Valdimar JÓhannsson mélange mythologie et horreur populaire dans un conte touchant sur un couple sans enfant (Hilmir SnÆr GuÐnason et Noomi Rapace) vivant dans une ferme de moutons isolée. Le secret de l’agneau est peut-être déjà sorti du sac, mais nous n’allons pas le gâcher ici. Qu’il suffise de dire, essayez de ne rien lire de plus à ce sujet et regardez-le dès que vous le pouvez. C’est baa-my. JM

Fusée rouge

"Simon

(Crédit image : A24)

Après deux histoires dirigées par des femmes (Tangerine et The Florida Project), Sean Baker nous emmène dans un monde d’hommes, celui de Micky Saber (Simon Rex), une ancienne star du porno échouée qui se déchaîne dans son ancien terrain de jeu du Texas jusqu’au des souches du hit de 2000 de NSYNC, Bye Bye Baby. Emménageant avec son ex-femme et sa mère Lil, Rex reprend là où il s’était arrêté, distribuant de l’herbe aux travailleurs de l’usine chimique locale, mais sa tête est tournée par une jolie rousse appelée Strawberry qui travaille à la beignerie. Tour à tour drôle, sexy et terriblement triste, c’est une autre plongée profonde dans l’une des communautés oubliées de l’Amérique moderne. DW

Lire la suite  Coûts Fubo TV : comparaison des bouquets de chaînes, des prix et des essais gratuits

Le métro de velours

"Le

(Crédit image : Cannes)

Todd Haynes livre son tout premier documentaire et c’est un doozy. En se concentrant sur The Velvet Underground, dirigé par l’irrépressible Lou Reed, Haynes dresse un regard époustouflant sur la scène artistique et musicale new-yorkaise des années 1960, avec ce groupe pionnier qui fréquente Andy Warhol dans sa tristement célèbre Factory. Des entretiens contemporains avec les ex-Velvets John Cale et Moe Tucker, aux côtés de spectateurs de la scène comme le cinéaste John Waters et la critique Amy Taubin, ajoutent de la saveur, mais ce sont les images d’archives savamment mélangées qui donnent vraiment vie au film, comme Haynes le fait pour le documentaire quoi son film d’avant-garde de Bob Dylan I’m Not There l’a fait pour la biographie musicale. JM

Paris, 13e arrondissement

"Lucie

(Crédit image : Cannes)

Ancien lauréat de Cannes avec Dheepan, Jacques Audiard n’est pas exactement connu pour les romances contemporaines. Mais cette version en noir et blanc des bandes dessinées du dessinateur américain Adrian Tomine est une version vibrante et sexy des rencontres au 21e siècle. La nouvelle venue Lucie Zhang livre une performance à élimination directe dans le rôle d’Emilie, qui vit dans l’appartement de sa grand-mère dans le 13e arrondissement de Paris et craque pour son nouveau locataire (Makita Samba). Il y a une deuxième histoire impliquant NoÉmie Merlant de Portrait Of A Lady On Fire en tant qu’étudiante adulte qui s’entrelace pour créer un regard convaincant sur le sexe et la ville (des lumières). JM

Vortex

"Dario

(Crédit image : Cannes)

Écrit sur dix pages en janvier puis tourné en secret durant les mois d’avril et mai, Vortex est presque l’image miroir du dance banger 2018 de Gaspar NoÉ Climax. D’une durée de près de deux heures et demie et filmé à l’aide d’un processus d’écran partagé médico-légal, il met en vedette Dario Argento – oui, celui-là – en tant que critique de cinéma avec un fils toxicomane en difficulté qui perd sa femme de nombreuses années à cause de la démence. Dédié à « ceux dont le cerveau se décomposera devant leur cœur », le film de NoÉ ne présente aucun de ses feux d’artifice visuels habituels, juste une performance atrocement engagée de Françoise Lebrun, 76 ans, vedette du film préféré de NoÉ, La Mère et la Putain. DW

Lire la suite  Milla Jovovich parle de Monster Hunter, Resident Evil et plus

Le Souvenir Partie II

"Honorez

(Crédit image: Film4)

Joanna Hogg est revenue avec son suivi de son conte semi-autobiographique de 2019 Le souvenir, reprenant presque immédiatement là où cela s’était arrêté alors que l’étudiante en cinéma Julie (Honor Swinton Byrne) tente de traiter la mort de son mystérieux amant (Tom Burke). Dans ce prochain opus, des nouveaux arrivants comme Joe Alwyn et Harris Dickinson entrent dans la mêlée, tandis que le camée de Richard Ayoade en tant que cinéaste qui fait des crises de colère du premier film est élargi à un rôle plus important, alors qu’il devient en quelque sorte un mentor pour Julie, pour travailler sur son film de fin d’études. Beaucoup plus du même, dans le bon sens. JM

Ali et Ava

"Adeel

(Crédit image : Altitude)

Clio Barnard n’a malheureusement pas pu venir à Cannes en raison de restrictions de voyage de retour au Royaume-Uni, où elle tourne actuellement la mini-série The Essex Serpent pour Apple TV+. Mais elle a pu envoyer son dernier film, Ali & Ava, à la Quinzaine des réalisateurs. Situé à Bradford, cette histoire d’amour interraciale tendre, discrète et mettant en vedette Adeel Akhtar et Claire Rushbrook est une histoire d’amour contemporaine sensible mais percutante à travers les divisions raciales. Mettant également en vedette Ellora Torchia, qui vient de jouer dans In The Earth de Ben Wheatley, c’est un mini-chef-d’œuvre qui ne dépasse jamais son accueil. JM